L’histoire du patchwork

Le patchwork est une forme d’art consistant à réaliser des ouvrages décoratifs constitués par l’assemblage de morceaux de tissus.

Les principaux ouvrages réalisés ainsi sont des dessus de lit, des taies d’oreiller, nappes, rideaux ou tapisserie murale.

L’origine

L’assemblage de morceaux pour réaliser un ouvrage date des premiers hommes. Les premiers hommes utilisèrent les peaux de bêtes directement pour se protéger du froid. Ils utilisaient la peau d’un grand animal. L’homme pensa alors à assembler entre elles des peaux de petits animaux pour avoir un vêtement moins lourd et mieux ajusté, le gênant moins dans ses mouvements.

Puis avec l’apparition du tissu, le problème de l’usure se posa, pour limiter la quantité de tissu utilisée, les femmes ont rapiécé les vêtements usés. Par souci d’esthétique, différentes techniques locales se sont établies puis se sont transmises de générations en générations.

Pendant de nombreux siècles, les beaux tissus imprimés utilisés pour réaliser le patchwork provenaient d’Inde, seule à savoir maîtriser les imprimés, mais très vite l’importation fut interdite en occident de façon à permettre le développement de l’industrie du tissu imprimé en Europe.

La naissance des techniques actuelles

Les techniques actuellement répandues viennent probablement de la réparation des couvre-lits, rapiécés au moyen d’applications mais aussi d’un travail en mosaïque. Beaucoup de vêtements en patchwork ont sans aucun doute été réalisé. Malheureusement ce qui nous reste de ces temps anciens ne remonte généralement pas au-delà du milieu du XVIIIe siècle et nous est parvenu sous forme de couvre-lits. Ceux-ci incluent souvent un matelassé(travail où une couche de rembourrage est insérée entre deux épaisseurs et est maintenue par piquage à petits points), si bien que le mot « quilt » est devenu une sorte de synonyme de « matelassé », « piqué » ou « courtepointe ». Ceci d’autant plus qu’il désigne aussi des couvre-lits constitués de couches matelassées de tissu uni, sans pièces, lesquels ont également une longue tradition derrière eux.

L’évolution vers l’art du patchwork

Les couturières d’antan faisaient du patchwork par esprit d’économie, mais, dès le XIXe siècle, quand le coton est devenu bon marché, abondant et joli, c’est devenu un passe-temps à la mode en Europe et particulièrement en Angleterre. Il servait en ameublement, et a donné lieu à des fantaisies comme le crazy work (« ouvrage fou », fait de pièces jetées « au hasard » et assemblées par une couture décorative). Excepté un léger réveil dans les années trente, la mode du patchwork est passée après la première guerre mondiale. Il connaît aujourd’hui un regain de popularité très important. C’est moins par souci de réutiliser de vieux tissus(bien que beaucoup de gens soient soucieux de recyclage) que pour le plaisir de pratiquer un passe-temps créatif pouvant donner lieu à une activité de groupe.